Comment végétaliser avec les plantes grimpantes ?

Questions-réponses - Le 09 janvier 2020



Rues végétalisées du centre bourg de Fontevraud-l'abbaye. © VAL'HOR.

Pour végétaliser la ville et quand la place manque, de plus en plus de collectivités envisagent de recourir aux plantes grimpantes qui recouvrent les murs.

Il est recommandé de recourir aux plantes grimpantes car elles sont à la fois faciles à mettre en place et à entretenir. Elles poussent en recouvrant directement le mur, ou en s’accrochant à un support. Comme de nombreuses autres plantes, elles jouent un rôle important pour enrichir la biodiversité, rafraîchir l’air, apporter un confort thermique et phonique aux bâtiments et améliorer le cadre de vie.

Les consignes pour entretenir les plantes grimpantes

  • Vérifier l’ensoleillement
  • Vérifier la possibilité d’arrosage
  • Vérifier la fréquentation du site pour ne pas gêner le passage

Les différents types de plantes grimpantes

  • Les plantes grimpantes à ventouses : elles s’accrochent au support en sécrétant des substances adhésives, sans forcément abîmer le support. C’est le cas de la vigne vierge par exemple ;
  • Les plantes grimpantes à crampons : elles émettent, dans les fissures et les anfractuosités du mur support, des petites excroissances qui viennent s’y bloquer et maintenir la plante. L’exemple le plus connu est celui du lierre, ou de la bignone commune ;
  • Les plantes grimpantes volubiles : elles se caractérisent par la capacité de leur tige à s’enrouler au fur et à mesure de leur croissance autour d’un support cylindrique. Citons le jasmin, le jasmin étoilé, le chèvrefeuille, la glycine du Japon ;
  • Les plantes grimpantes à vrilles : elles émettent des organes spécifiques qui s’enroulent autour du support. C’est le cas de la vigne, de la passiflore, de la clématite (dont le pétiole des feuilles forme une vrille) ;
  • Les plantes grimpantes à épine-crochet : elles s’ancrent en général sur d’autres végétaux ou sur leur support grâce à de larges épines. Citons le bougainvillée, le rosier grimpant ;
  • Les plantes grimpantes sarmenteuses : elles n’ont besoin d’aucun dispositif morphologique pour grimper. Leur longue tige doit être palissée manuellement, comme dans le cas des rosiers lianes, de bignone à grandes fleurs, du plumbago du cap.

Un professionnel du végétal saura vous accompagner dans la mise en œuvre de ces plantations dans le respect des règles de l’art et vous guider vers le meilleur choix de plantes.

Sources : Recommandations professionnelles conception, réalisation et entretiens de solutions de végétalisation de façades par plantes grimpantes – Unep – BC. 5R-R0 – sept.2016
Mairie de Paris – Créer un mur végétalisé de plantes grimpantes (site Végétalisons Paris)