Cimetières : comment fleurir aux endroits stratégiques ?

Questions-réponses - Le 30 August 2021


 
Montigny-le-Bretonneux, Cimetière des IV Pavés. À gauche : entrée du cimetière. À droite : détail de plantation. © Arc en Terre.

À partir du 1er juillet 2022, l’arrêté du 15/01/20211 s’appliquera ; ce texte étend l'interdiction des produits phytosanitaires aux différents lieux fréquentés par le public ou à usage collectif, et qui appartiennent à des structures publiques ou privées. Les terrains de sport et les cimetières sont concernés.



De nombreuses collectivités anticipent ce défi en termes d’entretien. Cela passe par des renforts d’équipes à certaines périodes clés pour le désherbage manuel (notamment en mai et septembre), par des aménagements permettant le passage de tondeuses, et par des actions de sensibilisation à destination des usagers du cimetière.

Malgré les contraintes, des solutions de fleurissement peuvent participer à la stratégie de gestion en végétalisant des espaces qui risqueraient d’être trop colonisés par la végétation spontanée et en contribuant à l’acceptation de l’ambiance « sans phyto » par la population.

Plante & Cité propose des idées d’actions dans son guide « Paysage et entretien des cimetières » en fonction des emplacements, de l’ambiance générale du cimetière et de son identité principale.

Ainsi, les plantations présentes dès l’entrée témoignent du souci de la commune d’accueillir les visiteurs. Quand la gestion évolue du fait de l’abandon des pesticides, il apparaît très important de soigner cette première impression. 

Les allées et les pieds d’arbres permettent aux visiteurs de découvrir le lieu et participent de l’amélioration de l’atmosphère générale. 

Arbustes et vivaces peuvent quant à eux amener volume et touches de couleurs à l’intérieur des espaces d’inhumation généralement peu plantés, sur des emplacements récupérés par la commune mais aussi sur les concessions elles-mêmes. La plantation en pleine terre est toujours préférable aux pots (moins de déchets, pérennité, meilleure résistance à la sécheresse...).

Première image du cimetière depuis l’extérieur, les murs sont souvent nombreux. Plantes grimpantes, massifs fleuris et plantes spontanées peuvent les habiller. 

Enfin, les espaces inter-tombes, de largeur variable, sont le lieu privilégié pour la pousse des plantes spontanées. Faisant office d’écrin, la végétalisation donne un aspect plus soigné aux sépultures.


 



Pour en savoir plus :

LARRAMENDY S., GUTLEBEN C., LAILLE P., 2017. Paysages et entretien des cimetières – Recueil de fiches repères et actions pour la réhabilitation écologique et paysagère des cimetières. Plante & Cité, Angers, 92 p.

Ce recueil est disponible en téléchargement.

 

 

 1 https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043023130

Autres sources :

La gazette des communes, « Le zéro phyto bientôt obligatoire dans les cimetières », 02/02/2021.

Matériel & Paysage, « Produits phytos : un nouvel arrêté renforce les interdictions en 2022 », 03/02/2021.