La gestion intégrée des eaux pluviales : un travail évolutif

Point de vue - Le 11 février 2022


Matthieu le Meur. © DR.
Matthieu le Meur. © DR.Co-fondateur et co-gérant d’Agev Solutions dans le Maine-et-Loire, Matthieu le Meur fait aussi partie du groupe technique génie écologique de l’Unep. Spécialiste de la gestion intégrée des eaux pluviales, il maîtrise l’ensemble des techniques alternatives limitant le déversement des eaux en cas de variations brutales de débits et contribuant à préserver et à restaurer la biodiversité en milieu urbanisé. Matthieu Le Meur nous en dit plus sur cette activité en plein essor.

Quelles sont les différentes applications du génie écologique au titre de la gestion des eaux pluviales ?

En préambule, il faut rappeler que l’application du génie écologique en termes de gestion des eaux pluviales s’appuie sur la capacité du milieu à capter et absorber les eaux pluviales. Cette aptitude du milieu peut être affermie par l’aménagement de noues ou de zones humides, qu’il s’agisse de restauration de cours d’eau ou d’entretien. Parallèlement, le génie civil mettra plutôt en place des solutions de captage direct du ruissellement et de stockage dans des zones perméables.

Deux éléments clés sont à prendre en compte, le sol et son sous-sol, et la végétation. C’est l’alliage et l’alliance de ces deux éléments qui permettra de compenser la part de surfaces imperméables et perméables et de gérer l’eau restante par infiltration et filtration ou stockage temporaire.

Dans la plupart des cas, 20 % d’actions suffisent à résoudre 60 % des problématiques. Abaisser une bordure ou valoriser une haie font partie des choses simples à mettre en place, peu coûteuses et pourtant très efficaces !

 

Dans quel cadre règlementaire vous inscrivez-vous et quels sont vos partenaires principaux ?

Au niveau national, nous nous appuyons sur la directive cadre sur l’eau et ses textes associés jusqu’aux lois MAPTAM et GEMAPI. Au niveau territorial, ce sont principalement les plans locaux d’urbanisme (PLU) et les schémas de cohérence territorial (SCOT) qui nous guident ainsi que les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) établis à l’échelle des bassins hydrographiques.

Nous sommes la courroie de transmission entre d’un côté les syndicats de rivière, les agences de l’eau etc. et de l’autre les collectivités avec les travaux publics, les bâtiments et les espaces verts. Une fois le donneur d’ordre convaincu, c’est une équipe pluridisciplinaire qu’il convient de monter et d’impliquer dès le lancement et à toutes les étapes du projet. Depuis l’analyse du terrain avec des tests d’infiltration en amont jusqu’à la composition végétale en aval, tous les acteurs et expertises sont utiles et précieux (architectes, géologues, professionnels du paysage…).

 

Comment gérez-vous la biodiversité et quel est votre relation au végétal ?

Les fournisseurs de végétaux, et en particulier les pépiniéristes locaux, sont un maillon essentiel : c’est grâce à leur palette, indigène autant que faire se peut, que nous pouvons avoir une meilleure évolution du projet au cours du temps. En s’adaptant à la météo actuelle et au climat à venir, le vivant nous permet d’améliorer et d’optimiser la gestion des eaux pluviales.

 

Quelles sont les garanties d’un aménagement réussi et les points de vigilance ?

Un aménagement classique doit prévoir quatre étapes principales : identifier le chemin préférentiel de l’eau en prévoyant des espaces « en creux » décomposés en sous-espaces à l’aide de déversoirs ; connecter les différentes zones naturelles entre elles ; remonter au maximum les points de sortie des eaux (par exemple les sorties de gouttières) et les diversifier ; et, enfin, diffuser le ruissellement pour éviter la saturation.

Le principal frein est économique. Un aménagement de site perméable sera de toute façon positif en termes de coût et d’impact sur la biodiversité. Des sites avec des contraintes plus importantes en matière de bâtiment, de nivellement ou de topographie demandent une analyse plus fine et à plus long terme. Un autre point de vigilance est lié aux inondations. On dimensionne les ouvrages pour ce que l’on appelle les pluies références (décennales, trentennales…), qui est un compromis de calcul des débits entre le coût de l’ouvrage et le risque encouru. Il est certain que la présence d’un réseau collectif à proximité est de nature à rassurer les collectivités qui craignent de ne pas maîtriser l’eau en excès. C’est aussi à nous de faire en sorte de prévoir des zones de débordement là où elles ne seront pas gênantes et de faire évoluer les mentalités petit à petit !



Extension du Super U de Saint-Jean-de-Monts (2012-2019). Récupération et traitement des eaux pluviales des toitures. © AGEV.

A lire aussi
« Des jardins familiaux à la reconquête d’un quartier transformé et apaisé » Patrice Lafargue, directeur des études et des espaces publics à la ville de Perpignan (66) Point de vue - Le 14 février 2020
« En devenant maire, j’ai mis la théorie en pratique » François de Mazières, maire de Versailles Point de vue - Le 03 juillet 2020
Les allées Feuchères et l'esplanade Jean Jaurès à Nîmes Témoigange des employés de la ville de Nîmes, des habitants et des professionnels du végétal Point de vue - Le 14 janvier 2019
Comment aménager une noue paysagère ?

Comment aménager une noue paysagère ?



Questions-réponses - Le 13 février 2020

Les noues constituent des formes de fossés élargis dont l'objectif est de réduire naturellement la vitesse des écoulements le long des bâtiments, d’une route, d’un parking... Leurs nombreux avantages en font un aménagement paysager de premier choix depuis une vingtaine d’années.

En savoir +