« Nos aménagements ont rendu la ville plus respirable en période de canicule »

Martine Joly, maire de Bar-le-Duc (Meuse)
Point de vue - Le 04 juillet 2019


Portrait de Martine Joly - © Ville de Bar-le-Duc
© Ville de Bar-le-Duc

Déminéraliser le centre-ville tout en privilégiant la déambulation piétonne :  c’est la logique poursuivie par la ville de Bar-le-Duc (Meuse). Sa maire, Martine Joly, revient sur les bénéfices des nouveaux aménagements paysagers, notamment en période de fortes chaleurs.

Quels ont été les enjeux du réaménagement du centre-ville de Bar-le-Duc ?

De 2010 à 2017, Bar-le-Duc a requalifié son centre-ville pour enrayer son évasion démographique et commerciale. Les citoyens souffraient du tout-minéral, avec un espace public progressivement monopolisé par les places de stationnement. Le projet paysager de la Ville a donc privilégié la déambulation piétonne. Les rues du centre-ville ont été réorganisées pour relier plus facilement l’hyper centre à des lieux majeurs, comme le marché couvert. L’office de tourisme et l’église Saint-Jean ont été valorisés à travers un parvis piéton agrémenté de jets d’eau et de massifs inspirés des jardins monacaux. Le projet a aussi permis aux habitants de se réapproprier les berges de l’Ornain, alors que jusqu’ici la ville tournait le dos à son fleuve. L’aménagement des nouveaux quais s’organise autour d’un jeu de plateaux, et le lieu est désormais prisé des habitants.

Quels ont été les premiers effets de ces travaux ?

Nous n’imaginions pas que la ville puisse offrir de telles perspectives paysagères ! Ces évolutions ont permis d’améliorer le cadre de vie des habitants, en facilitant leurs déplacements et en créant les conditions pour développer notre activité économique.

Avez-vous constaté les bénéfices de l’aménagement vert du centre-ville de Bar-le-Duc durant la récente période de fortes chaleurs ?

En ces périodes, et suite à l’épisode caniculaire que nous avons subi du 24 au 30 juin dernier, les aménagements réalisés au centre-ville de notre cité ont été appréciés par la population. Les partis pris d’aménagements urbains ont permis d’atténuer les aspects néfastes de cet épisode. Un traitement clair des zones urbanisées, par l’utilisation de la pierre calcaire dans l’hyper centre, montre son efficacité car l’utilisation de ces matériaux adaptés lutte contre les îlots de chaleur urbains, ce qui rend la ville plus respirable. La végétation de haute tige, créant des cheminements d’ombre, et protégeant les façades des rayons du soleil, propose des cheminements plus confortables. Tout cela conduit bien évidemment à poursuivre nos efforts sur la déminéralisation du cœur urbain, volonté affichée pour l’ensemble des projets à venir. Le souhait de retourner la ville vers l’Ornain permet aussi, lors de déplacements, de profiter de cheminements respirables en ces fortes chaleurs, reliant les points stratégiques de Bar-le-Duc. Cela conforte la ville à intensifier son action dans l’aménagement de ses voies douces le long de l’Ornain pour répondre aussi à ces exigences de protection contre les grandes chaleurs, phénomène qui s’amplifie. La lutte contre le réchauffement climatique et ses effets est au cœur de toute l’action municipale.

A lire aussi
Le Grand Lyon et le végétal Pierre Abadie, Vice-Président de la Communauté urbaine du Grand Lyon Point de vue - Le 30 novembre -1