« Il faut apprivoiser la densité grâce au végétal pour la faire rimer avec qualité de vie. »

Point de vue - Le 22 mars 2023


Étienne Lengereau. © Antoine Favier.

Étienne Lengereau. @Antoine FavierÀ Montrouge (92) comme dans toute la France, l’aspiration des citadins à un environnement quotidien plus apaisé s’impose désormais comme une évidence. Le besoin de végétal en particulier, quand nombre d’habitants n'ont pas de jardin privatif ou collectif à proximité, suppose néanmoins de repenser la ville en profondeur. Rencontre avec le maire Étienne Lengereau, fortement engagé en ce sens.

 

Comment les allées Jean Jaurès s’inscrivent-elles dans une approche de partage de l’espace public et de ses usages ?

Ce projet de 4 ha (sur les 200 que compte la ville) participe d’une démarche de reconquête de l’espace urbain public à grande échelle. L’objectif était de relier deux quartiers séparés par une friche industrielle, une grande place fermée de piètre qualité et, enfin, un rond-point. C’est tout le cœur de ville qui a été transformé avec la création d’une série de séquences : deux parcs, trois places résolument ouvertes et, entre les deux, de grandes promenades plantées*.
Le principe posé avec le paysagiste Michel Pena a été de dégager littéralement l’espace encombré (mobilier, objets dont les voitures, plantations en alignement…) et de l’aérer en donnant la priorité aux mobilités douces : piétons et cyclistes. Il faut savoir que 70 % des montrougiens font leurs courses à pied.

 

Allées Jean Jaurès. © Pena Paysages.


Dans quelle mesure cet aménagement – inauguré en 2019 après seulement 18 mois de travaux – a-t-il modifié les déplacements du quotidien des habitants ?

L’impact est à considérer au niveau global : modifier la circulation et ouvrir les espaces (en enlevant les grilles autour des parcs par exemple) a pu troubler les riverains au premier abord en générant des conflits d’usages, mais, en décloisonnant la ville et en la rendant plus agréable et aussi plus sûre, le gain a été notable.
Montrouge est une des villes les plus denses de France. Il faut apprivoiser cette densité, pour autant que les ressources et opportunités foncières le permettent, pour la faire rimer avec la qualité de vie.
Nous avons certes perdu des places de stationnement et dû transplanter des arbres mais les montrougiens disposent maintenant de terrasses et d’un agrément bien supérieur. Changer les habitudes n’a pas été vain !

 

En quoi l’apport du végétal est-il déterminant dans un projet de ce genre ?

C’est le végétal, ici un système d’îlots avec trois jardins, qui a permis au public de réellement s’approprier les lieux à travers une grande diversité d’espaces adaptés aux différents usages : les allées Jean Jaurès alternent des parties privatives, conviviales, intimistes à des zones dédiées à l’agriculture urbaine en passant par des grandes pelouses ouvertes, des aires de jeux ou de pique-nique etc. Au total, elles comptabilisent 7800 vivaces, 4500 arbustes et 132 arbres…
Nous menons actuellement d’autres projets importants d’aménagement et de végétalisation qui sont inscrits dans notre plan d’urbanisme : à côté de la porte d’Orléans ; autour de la nouvelle gare du métro ; en frontière de Malakoff… Nous continuons donc sans équivoque dans cette voie. Je suis convaincu que le verdissement de nos espaces publics est essentiel aussi bien en termes de lutte contre le réchauffement climatique que de développement de lien social.


* Montrouge a été primé lors de l’édition 2022 des Victoires du Paysage pour les allées Jean Jaurès.

A lire aussi
« Un espace vert pour chacun » Pauline Laïlle, chargée de mission au sein de Plante & Cité Point de vue - Le 06 février 2020
Angers et le végétal Christophe Béchu, Sénateur-Maire d'Angers Point de vue - Le 30 novembre -1