« Généraliser les jardins thérapeutiques dans les établissements de santé»

Valérie Jurin, adjointe au maire de Nancy et vice-présidente de la Métropole du Grand Nancy
Point de vue - Le 18 août 2019


Portrait de Valérie Jurin. © DRValérie Jurin, adjointe au maire de Nancy et vice-présidente de la Métropole du Grand Nancy, revient sur la réussite du jardin thérapeutique de l’hôpital Saint-Julien.

En tant que membre du conseil d’administration du Réseau français des villes-santé, quelles sont selon vous les principales actions engagées pour soutenir le végétal au service de la santé ?

Portrait de Valérie Jurin. © DR

Les bienfaits du végétal dans la ville ne sont plus à démontrer. De nombreux travaux de recherche prouvent que sa présence en milieu urbain agit contre les îlots de chaleur, permet de rafraîchir l’atmosphère et d’influer sur la régulation thermique. Le végétal en ville favorise également l’interaction sociale, notamment avec l’installation de jardins partagés. Ces jardins se développent déjà dans certains quartiers « branchés », mais l’enjeu est d’en faire profiter tout un chacun. La rénovation urbaine de quartier, telle que celle du Plateau-de-Haye dans le Grand Nancy, permet de développer ces initiatives dans des quartiers où la préoccupation environnementale n’est pas forcément le souci premier des habitants.

Les jardins thérapeutiques apparaissent comme une nouvelle approche du soin : quels sont selon vous les bénéfices pour les patients ?

Le jardin thérapeutique créé au sein du CHU de Nancy en 2010 a la particularité d’être également un lieu de recherche en synergie avec le laboratoire Interpsy et l’université de Lorraine. Le docteur Thérèse Jonveaux - neurologue, chef de service au centre Paul-Spillmann, pôle gérontologie, médecine interne et soins palliatifs à Nancy - a créé cet espace « d’art et de mémoire » et mène plusieurs programmes de recherche autour des effets bénéfiques pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer ainsi que pour les équipes soignantes : Jaz-art étudie la structure du jardin et la capacité des patients à s’orienter dans l’espace, Jaz-burn s’intéresse aux effets du jardin sur le stress des équipes soignantes. Autant d’éléments qui participeront à l’élaboration des recommandations précises et validées pour l’aménagement de futurs jardins à visée thérapeutique.


En tant qu’adjointe à la mairie de Nancy, pouvez-vous nous rappeler les principaux enjeux de votre agglomération ?

Je soutiens grandement l’ensemble des expérimentations qui lient la présence du végétal, la santé et le bien-être. Je souhaiterais d’ailleurs que l’ensemble des établissements de santé possèdent un espace paysagé de qualité à destination des patients et des équipes soignantes.

A lire aussi
« Revitaliser nos centres villes avec la contribution des professionnels du paysage et du végétal » Rollon Mouchel-Blaisot, Directeur du programme national « Action cœur de ville » Point de vue - Le 20 août 2019
Le Grand Lyon et le végétal Pierre Abadie, Vice-Président de la Communauté urbaine du Grand Lyon Point de vue - Le 30 novembre -1
La Promenade du Paillon à Nice Victoires du Paysage 2014 - Grand Prix du Jury - Prix du Public Point de vue - Le 30 novembre -1