Paysage et végétal : les atouts des nouveaux centres-villes

Action Cœur de ville
Enquête - Le 05 avril 2019


Avec le programme « Action Cœur de Ville », lancé en avril 2018, le gouvernement souhaite revitaliser les centres des villes moyennes. Pour repenser ces espaces, les acteurs locaux pourront s’appuyer sur le pouvoir d’attraction du végétal auprès des habitants et les solutions offertes par les aménagements paysagers.

Départs d’habitants, fermetures de commerces, problèmes de circulation : les mêmes difficultés frappent de nombreux centres-villes français. Pour mettre fin à cette situation, le programme « Action Cœur de Ville » vise à inciter les acteurs du logement, du commerce et de l’urbanisme à réinvestir ces lieux pour y faire revenir l’activité. Au total, 5 milliards d’euros seront investis sur 5 ans pour redynamiser le centre de 222 communes. Les projets devront intégrer plusieurs axes, dont l’habitat, l’activité économique, les mobilités, l’espace public et le patrimoine.

Le « vert », un pouvoir d’attraction auprès des habitants


« Ce plan propose une autre approche que les politiques sectorielles, bien souvent inadaptées. Les enjeux d’attractivité doivent être traités de façon globale car ils sont tous liés : la qualité du cadre de vie amène de nouveaux habitants, qui amènent de nouveaux commerces », explique Rollon Mouchel-Blaisot, directeur du programme au sein du ministère de la Cohésion des territoires. Et parmi les différents leviers d’action, « le paysage et le végétal ont un rôle déterminant à jouer », affirme-t-il.  

Ils répondent en effet aux attentes des habitants. Plus de 8 Français sur 10 souhaitent ainsi vivre à côté d’un espace vert. Et, avec 53% des suffrages, « une ville qui remet la nature au cœur de la ville » arrive en tête des critères de la ville de demain attendue par les Français.



Un rôle structurel pour les cœurs de ville


Par-delà leur force d’attraction, le paysage et le végétal sont des leviers efficaces pour réaménager l’espace urbain en répondant à plusieurs défis majeurs des communes : diminution des eaux de ruissellement, lutte contre la pollution, réduction des îlots de chaleur, valorisation du patrimoine, gestion des déplacements.


Lorsque la ville d’Arpajon (Essonne) a souhaité requalifier son centre-ville en 2016, c’est à une agence de paysage qu’elle a fait appel. « Il nous fallait une vision d’ensemble pour notre espace urbain », indique Nicolas Pollet, directeur des services techniques de cette municipalité de 9 000 habitants. « Notre objectif est de redynamiser le centre-ville, doté d’un patrimoine architectural riche et de nombreux commerces. Nous souhaitons en faire un endroit plus pratique et plus agréable, où le stationnement est facilité. »



Plusieurs évolutions d’ampleur sont ainsi prévues, dont certaines dans le cadre du programme « Action Cœur de ville ». La place de l’Hôtel de ville deviendra entièrement piétonne afin de faciliter les déplacements des habitants. Une nouvelle vie attend aussi la place du Marché. Sa remarquable halle pluri-centenaire, cernée par un parking, passe aujourd’hui inaperçue. « Un socle avec quelques marches permettra de le valoriser, le plaçant à distance de la circulation. Cela en fera un endroit beaucoup plus agréable pour les habitants et les commerces alentour. »

Des lieux agréables à vivre et faciles d’accès



Pour matérialiser l’arrivée dans le centre, des arbres seront plantés le long des boulevards menant au cœur de ville et d’autres éléments de végétation seront intégrés aux points névralgiques de la ville. Le projet paysager prévoit aussi une gestion adaptée de l’éclairage public et l’apparition de bornes pour véhicules et vélos électriques.

Si ce nouveau centre donnera une place préférentielle aux piétons et aux deux roues, il n’exclura pas les voitures. « Notre objectif est de maîtriser la place de la voiture et non de l’interdire. Les centres-villes doivent être des lieux agréables à vivre mais aussi faciles d’accès », explique Nicolas Pollet. Organisation de l’espace urbain, mobilité, mise en valeur du patrimoine, transition énergétique : autant de problématiques parfaitement intégrées par les professionnels du paysage et du végétal à l’œuvre à Arpajon.



Même ambition pour la commune de Bar-le-Duc (Meuse / 15 000 habitants). De 2010 à 2017, son centre a été redessiné au travers d’un projet paysager d’ampleur, donnant la part belle à la déambulation piétonne : réorganisation de l’ensemble des rues, aménagement de berges, création d’espaces de rencontre… Un projet récompensé par les Victoires du Paysage 2016.

« Nous  allons poursuivre la végétalisation du centre-ville dans le cadre du programme « Action cœur de ville », indique sa maire, Martine Joly... Touche par touche, la ville attendue des Français voit le jour.

Témoignage de Martine Joly, Maire de Bar-le-Duc (Meuse)

« Redonner toute sa place à la déambulation piétonne »

« De 2010 à 2017, Bar-le-Duc a requalifié son centre-ville pour enrayer une évasion démographique et commerciale. Les citoyens souffraient du tout minéral avec un espace public progressivement monopolisé par les places de stationnement. Le projet paysager de la ville a donc privilégié la déambulation piétonne. Les rues du centre-ville ont été réorganisées pour relier plus facilement l’hyper-centre à des lieux majeurs comme le marché couvert. L’office du tourisme et l’Église Saint Jean ont été valorisés à travers un parvis piéton agrémenté de jets d’eau et de massifs inspirés des jardins monacaux.

Le projet a aussi permis aux habitants de se réapproprier les berges de l’Ornain alors que jusqu’ici la ville tournait le dos à son fleuve. L’aménagement des nouveaux quais s’organise autour d’un jeu de plateaux et le lieu est désormais prisé des habitants. Nous n’imaginions pas que la ville puisse offrir de telles perspectives paysagères !

Ces évolutions ont permis d’améliorer le cadre de vie des habitants, en facilitant leurs déplacements et en créant les conditions pour développer notre activité économique.
 »


Entretien avec Rollon Mouchel-Blaisot

Préfet, Directeur du programme national « Action cœur de ville » au ministère de la Cohésion des territoires



> Le programme « Action cœur de ville » apporte une réponse globale pour renforcer l’attractivité des cœurs des villes moyennes. En quoi le paysage et le végétal peuvent-ils contribuer à relever ce défi ?

Le plan « Action cœur de ville » conçu et porté par le ministre de la cohésion des territoires Jacques MEZARD, et aujourd’hui Jacqueline GOURAULT,  vise en effet à traiter de façon globale et transversale les problématiques des centres-villes. Ce dispositif souple et pragmatique est à la disposition des élus locaux qui sont les mieux placés pour définir les projets adaptés à leurs territoires.

 Le paysage et le végétal font bien sûr partie intégrante de l’attractivité des centres-villes. Toutes les études le démontrent : les citadins sont attachés à la qualité du cadre de vie en centre-ville et notamment à sa dimension paysagère et végétale. Signe révélateur de cet attachement : les jardiniers municipaux sont les agents publics les plus plébiscités par les citoyens !

Le végétal représente par ailleurs un moyen très moderne de favoriser l’adaptation climatique de nos villes. La protection de notre biodiversité, si indispensable à notre écosystème et qui est l’une des priorités du Gouvernement, y contribue ; elle passe par une ville « verte ».

> Le plan prévoit la mise en place d’un espace collaboratif pour les acteurs locaux, ainsi qu’une exposition virtuelle. Quels sont leurs objectifs ?


L’espace collaboratif, mis en place à l’automne prochain, visera à créer une communauté d’acteurs. Nous souhaitons en effet que toutes les personnes impliquées dans le programme puissent communiquer entre elles, sans direction centrale imposée.
En parallèle, une exposition virtuelle permettra aux élus de valoriser leurs projets comme de découvrir les initiatives développées ailleurs. L’occasion, aussi, de démontrer que les villes moyennes sont à la pointe de la réflexion urbaine et de l’innovation.


> Quelle sera la place accordée aux professionnels de la filière au sein des instances de gouvernance du programme ?
À la rentrée, un Conseil d’orientation sera installé par le Ministre.
Cette instance sera en charge de suivre la mise en œuvre du plan et de proposer des réponses législatives, règlementaires ou financières aux problématiques rencontrées par les villes. Elle intègrera les représentants des secteurs professionnels concernés dont ceux du paysage et du végétal qui contribuent à la revitalisation de nos centres villes. 

Par ailleurs, cinq groupes de travail thématiques (logement, commerce et artisanat, mobilités, services au public, patrimoine) réfléchiront aux outils et aux bonnes pratiques permettant aux acteurs locaux de mener à bien leurs projets. Ils seront composés d’acteurs et d’experts et notamment de professionnels de la filière. 

Enfin, les acteurs du paysage et du végétal sont invités à contribuer aux groupes de travaux locaux dirigés par les maires afin d’enrichir la réflexion collective sur les projets de terrain.

Retour sur les prix spéciaux Cœur de ville aux Victoires du Paysage 2018

Requalification du quai Gayant et réaménagement du parvis de la gare et de ses abords : Mention spéciale Cœur de ville

A lire aussi
Le Lagerstroemia indica Production emblématique du Sud-Ouest de la France Enquête - Le 20 avril 2017
« Innover dans la gestion des espaces verts, une nécessité ! » Christophe Béchu, Sénateur-Maire d'Angers Enquête - Le 15 septembre 2015