Evaluation des impacts : les bienfaits de l'arbre en ville

Enquête - Le 14 septembre 2015

 

Rayonnement net : l’arbre apporte une protection contre le rayonnement solaire direct. Environ 30 % du rayonnement est soit absorbé par le feuillage, soit réfléchi. À l’ombre, les surfaces se réchauffent moins.

Évapotranspiration : la transpiration de l’arbre consomme une grande partie de l’énergie reçue par rayonnement solaire et rafraîchit l’air ambiant.

Vent : les arbres offrent une protection contre le vent, ce qui réduit le renouvellement de l’air à proximité des surfaces et donc les échanges de chaleur et d’humidité. Cela diminue les pertes de chaleur des bâtiments en hiver.

Confort : l’ombrage d’un arbre permet une réelle amélioration du confort thermique en protégeant les individus du rayonnement solaire direct. En hiver, le rayonnement solaire qui passe à travers les branches peut réchauffer les bâtiments.

Si un bâtiment profite de l’ombrage, moins d’énergie est transmise par conduction thermique (transfert de chaleur à travers les murs) ou par transmission à travers les vitrages. En période chaude, les consommations d’énergie pour la climatisation sont moins importantes.

 

Sources : Programme de recherche VegDUD - Rôle du végétal dans le développement urbain durable.
Auteurs : Guillaume Pommier, Damien Provendier, Caroline Gutleben, Marjorie Musy, septembre 2014

A lire aussi
Urgence climatique ! Parcs résilients et infrastructures vertes, pour des villes vivables Enquête - Le 29 mars 2019