array(7) {
  [0]=>
  array(26) {
    ["uid"]=>
    string(2) "28"
    ["pid"]=>
    string(3) "103"
    ["categorie"]=>
    string(1) "2"
    ["typeactualite"]=>
    string(1) "0"
    ["titre"]=>
    string(23) "Le Lagerstroemia indica"
    ["soustitre"]=>
    string(50) "Production emblématique du Sud-Ouest de la France"
    ["metatitle"]=>
    string(73) "Le Lagerstroemia indica production emblematique du Sud-Ouest de la France"
    ["metadescription"]=>
    string(102) "Histoire et carte d'identité du Lagerstroemia indica. Dynamique de la sélection variétale en France"
    ["embedvideo"]=>
    string(0) ""
    ["resume"]=>
    string(113) "Le Lagerstroemia indica orne les rues de nombreuses villes. C'est un arbrisseau au formidable potentiel."
    ["contenu"]=>
    string(9395) "
Parcelles de Lagerstroemia. SARL Lagerstroemia
Omniprésent dans le Sud-Ouest de la France, où sillonnant les routes, du Pays Basque à la Dordogne en passant par la Chalosse, on le rencontre, le Lagerstroemia indica orne les rues de nombreuses villes, ainsi que les jardins particuliers. 
Appelé à tort lilas des Indes, cet arbrisseau au port élégant est originaire du sud-est de la Chine où il est cultivé depuis plus de 1600 ans.

Un peu d’histoire…

Plante à forte symbolique culturelle dans ce pays, il y fut massivement planté sous la dynastie Song, qui correspond à notre Moyen Age ; de nombreux sujets datant de cette époque sont encore présents dans les parcs et avenues de villes chinoises. Le Lagerstroemia fut introduit en Occident au XVIIIème siècle par le suédois Magnus Lagerström, directeur de la compagnie suédoise des Indes orientales, et fervent naturaliste qui collecta et achemina des graines et des spécimens de toute l’Asie.
Il fut baptisé ‘Lagerstroemia’ par son ami Carl Von Linné, éminent botaniste à l’origine de la nomenclature binomale (classe, genre, espèce, variété) des espèces vivantes.
On doit son introduction en France à Jean d’Esmartis-Laperche, ancien capitaine de navire et maire de Bergerac de 1792 à 1794, qui en planta plusieurs spécimens dans le domaine du château de Cavalerie.
Parallèlement, les Lagerstroemias sont expédiés aux États-Unis, à Charleston, où ils prospèrent, grâce à des conditions climatiques proches de leur région d’origine. Leur culture se développe rapidement et se diffuse jusqu’à la côte pacifique. En France, il faudra attendre le début du XXème siècle et le travail de vulgarisation et de diffusion d’André Desmartis pépiniériste à Bergerac en Dordogne, qui se passionne pour la plante introduite par son ancêtre, pour que la culture du Lagerstroemia gagne progressivement tout le Sud-Ouest, puis la région méditerranéenne.
D’ailleurs, les pépinières Desmartis poursuivent aujourd’hui encore ce travail de sélection, et abritent depuis 1999 la collection nationale de Lagerstroemia labellisée CCVS.

Carte d’identité…

Touffe Braise d'été. SARL Lagerstroemia

Le Lagerstroemia indica est un grand arbuste de croissance modérée, qui peut être conduit en arbuste, en cépée, en tige, mais également palissé ou sculpté en différentes formes, grâce à la souplesse de ses rameaux.
Très apprécié pour sa floraison estivale prolongée en grands bouquets (thyrses) rouge, rose, mauve ou blancs, évoquant les fleurs de lilas, il reste décoratif en toutes saisons.
Les pétales des fleurs, vaporeux comme du crêpe, lui valent aussi le nom poétique de ‘mousseline’ et crape-myrtle en anglais.
En automne, son feuillage vert légèrement lustré prend des teintes flamboyantes, variant de l’orangé au rouge feu.
En hiver son architecture est sublimée par son écorce brun clair qui se détache en fines plaques, laissant apparaitre des plages de couleur grise à beige rosé. Il affectionne les sols frais, bien drainés, riches en humus, et la chaleur, garante de floraisons abondantes et spectaculaires.
Réputé frileux, il peut en réalité supporter le froid hivernal jusqu’à -15°C à - 20°C lorsqu’il est suffisamment développé. Il est conseillé de le protéger les premières années dans les régions très froides.

La dynamique de la sélection variétale en France

Le travail de sélection de plusieurs pépinières, notamment sur la précocité de floraison, permet de proposer aujourd’hui des variétés qui fleurissent bien au nord de la Loire, comme : des pépinières Desmartis : de Christian Gaurrat, pépiniériste à Pau, qui a sélectionné des variétés précoces et très florifères, commercialisés sous la marque Indiya Charms : de Jean Coulié, pépiniériste à Chasteaux : D’autres variétés proposées par de nombreuses pépinières, sont plus adaptées à la culture dans les régions du sud, car ayant besoin de davantage de chaleur pour fleurir, comme : Braise d'été. SARL LagerstroemiaPécharmant. Pépinières DesmartisMonbazillac. Pépinières DesmartisYang Tse. Pépinières Desmartis
Il n’est pas possible de citer ici toutes les variétés existantes, d’autant plus que certains pépiniéristes multiplient également leurs propres sélections, de façon plus confidentielle, et les commercialisent par couleur.
Depuis le début des années 2000, ASTREDHOR, l’institut technique de l’horticluture, a mesuré le formidable potentiel du Lagerstroemia, et a obtenu par le biais d’un programme d’hybridation sur sa station d’expérimentation du SCRADH, dans le Var, des variétés compactes, destinées à la culture en potées fleuries.
Enfin, sont apparues sur le marché ces dernières années des hybrides à feuillage pourpre foncé, intéressants pour les jeux de contrastes avec les fleurs. Ces derniers, originaires des États-Unis, nécessitent beaucoup de chaleur pour fleurir, leur plantation est à réserver aux régions du Sud.
Grâce à tous ces travaux, nous ne doutons pas que le Lagerstroemia, arbuste à la floraison généreuse, décoratif toute l’année, aux multiples formes et usages, deviendra à l’avenir une silhouette familière des parcs et jardins de toute la France.
Source : I. Betbeder, mars 2016
" ["visuel"]=> string(1) "1" ["date"]=> string(10) "2017-04-20" ["news_annexe"]=> string(1) "0" ["tstamp"]=> string(10) "1493905853" ["crdate"]=> string(10) "1492677264" ["cruser_id"]=> string(1) "3" ["deleted"]=> string(1) "0" ["hidden"]=> string(1) "0" ["starttime"]=> string(1) "0" ["endtime"]=> string(1) "0" ["sorting"]=> string(3) "160" ["visuelData"]=> array(2) { ["reference"]=> array(34) { ["uid"]=> string(3) "565" ["pid"]=> string(3) "103" ["tstamp"]=> string(10) "1493905853" ["crdate"]=> string(10) "1492683066" ["cruser_id"]=> string(1) "3" ["sorting"]=> string(2) "16" ["deleted"]=> string(1) "0" ["hidden"]=> string(1) "0" ["t3ver_oid"]=> string(1) "0" ["t3ver_id"]=> string(1) "0" ["t3ver_wsid"]=> string(1) "0" ["t3ver_label"]=> string(0) "" ["t3ver_state"]=> string(1) "0" ["t3ver_stage"]=> string(1) "0" ["t3ver_count"]=> string(1) "0" ["t3ver_tstamp"]=> string(1) "0" ["t3ver_move_id"]=> string(1) "0" ["t3_origuid"]=> string(1) "0" ["sys_language_uid"]=> string(1) "0" ["l10n_parent"]=> string(1) "0" ["l10n_diffsource"]=> string(21) "a:1:{s:6:"hidden";N;}" ["uid_local"]=> string(4) "1133" ["uid_foreign"]=> string(2) "28" ["tablenames"]=> string(34) "tx_citevertenews_domain_model_news" ["fieldname"]=> string(6) "visuel" ["sorting_foreign"]=> string(1) "1" ["table_local"]=> string(8) "sys_file" ["title"]=> NULL ["description"]=> NULL ["alternative"]=> NULL ["link"]=> string(0) "" ["downloadname"]=> NULL ["crop"]=> string(0) "" ["autoplay"]=> string(1) "0" } ["original"]=> array(63) { ["uid"]=> string(4) "1133" ["pid"]=> string(1) "0" ["missing"]=> string(1) "0" ["type"]=> string(1) "2" ["storage"]=> string(1) "1" ["identifier"]=> string(81) "/CITE_VERTE/Dossier_Lagerstroemia_parcellesDucasseSARLLagerstroemia_miniature.JPG" ["identifier_hash"]=> string(40) "5a04f46997582e4ed71383de7de41471849308f4" ["extension"]=> string(3) "JPG" ["mime_type"]=> string(10) "image/jpeg" ["name"]=> string(69) "Dossier_Lagerstroemia_parcellesDucasseSARLLagerstroemia_miniature.JPG" ["sha1"]=> string(40) "f0657674ce1c68f1b65e84fb97fda48b9d31e2d5" ["size"]=> string(5) "79926" ["creation_date"]=> string(10) "1492683054" ["modification_date"]=> string(10) "1492683053" ["folder_hash"]=> string(40) "05fd5a87973290633e44e9671808de8a6909130f" ["tstamp"]=> string(10) "1492683054" ["crdate"]=> string(10) "1492683053" ["cruser_id"]=> string(1) "3" ["sys_language_uid"]=> string(1) "0" ["l10n_parent"]=> string(1) "0" ["l10n_diffsource"]=> string(0) "" ["t3ver_oid"]=> string(1) "0" ["t3ver_id"]=> string(1) "0" ["t3ver_wsid"]=> string(1) "0" ["t3ver_label"]=> string(0) "" ["t3ver_state"]=> string(1) "0" ["t3ver_stage"]=> string(1) "0" ["t3ver_count"]=> string(1) "0" ["t3ver_tstamp"]=> string(1) "0" ["t3ver_move_id"]=> string(1) "0" ["t3_origuid"]=> string(1) "0" ["file"]=> string(4) "1133" ["title"]=> NULL ["width"]=> string(3) "301" ["height"]=> string(3) "184" ["description"]=> NULL ["alternative"]=> NULL ["categories"]=> string(1) "0" ["visible"]=> string(1) "1" ["status"]=> string(0) "" ["keywords"]=> string(0) "" ["caption"]=> string(0) "" ["creator_tool"]=> string(0) "" ["download_name"]=> string(0) "" ["creator"]=> string(0) "" ["publisher"]=> string(0) "" ["source"]=> string(0) "" ["location_country"]=> string(0) "" ["location_region"]=> string(0) "" ["location_city"]=> string(0) "" ["latitude"]=> string(16) "0.00000000000000" ["longitude"]=> string(16) "0.00000000000000" ["ranking"]=> string(1) "0" ["content_creation_date"]=> string(1) "0" ["content_modification_date"]=> string(1) "0" ["note"]=> string(0) "" ["unit"]=> string(0) "" ["duration"]=> string(1) "0" ["color_space"]=> string(0) "" ["pages"]=> string(1) "0" ["language"]=> string(0) "" ["fe_groups"]=> string(0) "" ["copyright"]=> string(0) "" } } ["nomCategorie"]=> string(8) "Enquête" ["pidCategorie"]=> string(2) "68" ["pidDetail"]=> string(2) "71" } [1]=> array(26) { ["uid"]=> string(2) "22" ["pid"]=> string(3) "103" ["categorie"]=> string(1) "2" ["typeactualite"]=> string(1) "0" ["titre"]=> string(39) "Objectif "zéro produit phytosanitaire"" ["soustitre"]=> string(0) "" ["metatitle"]=> string(65) "Objectif "zéro produit phytosanitaire et conception écologique"" ["metadescription"]=> string(0) "" ["embedvideo"]=> string(0) "" ["resume"]=> string(222) "Si la loi Labbé fixe un objectif « zéro phyto » d’ici à 2020, ramené à 2017 dans la loi relative à la transition énergétique, près de 40 % des communes ont déjà commencé à bannir l’usage de pesticides..." ["contenu"]=> string(4663) "
Cette démarche en faveur de la protection de la santé, de la reconquête de la qualité des eaux et du maintien de la biodiversité représente une formidable opportunité pour transformer les pratiques et développer des techniques alternatives plus respectueuses de l’environnement. Depuis le lancement du Plan Ecophyto en 2008, le contexte réglementaire en matière d'utilisation de produits de protection des plantes a fortement évolué. Plusieurs textes et mesures spécifiques à l'utilisation de ces produits dans les espaces verts ont été adoptés.

Vers une interdiction d’utilisation des produits chimiques dans les espaces verts publics


Une première étape a été franchie avec l’arrêté « espaces publics » du 27 juin 2011, réglementant l’utilisation des produits phytosanitaires à risque pour la santé dans les lieux fréquentés par le public. À titre d’exemple, il est dorénavant interdit d’utiliser des produits cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction dans les lieux fréquentés par le public. En février 2014, la loi dite « Labbé » visant à mieux encadrer l’utilisation de produits phytosanitaires a été promulguée. Ce texte interdit, à compter du 1er janvier 2020, l’utilisation de produits phytosanitaires chimiques pour l’entretien des espaces verts, des promenades et des forêts appartenant à l’État, aux collectivités locales ou aux établissements publics. L’utilisation de produits chimiques restera cependant autorisée dans les espaces qui ne sont pas des espaces verts, tels que les voiries, les terrains sportifs, les cimetières... La ministre de l’Écologie a même décidé d’accélérer, le projet de loi relatif à la transition énergétique raccourcissant les délais : les espaces verts doivent ainsi se passer de pesticides dès le 1er janvier 2017. Par ailleurs, la loi d’avenir agricole a rendu obligatoire la mise en place de mesures de protection, concernant notamment les dates et horaires de traitement et les distances minimales à respecter, pour toute intervention à proximité d’un site fréquenté par des personnes vulnérables : hôpitaux, écoles, etc. S’agissant des nouvelles constructions, des mesures de protection physique seront mises en place.

Une certification phytosanitaire obligatoire


Tout professionnel vendant, utilisant, ou conseillant l’utilisation de produits phytosanitaires a désormais l’obligation d’obtenir un « certificat individuel professionnel phytopharmaceutique ». Les agents des collectivités, dont l’activité est corrélée à l’utilisation de produits phytosanitaires, doivent donc obtenir le certificat « utilisation à titre professionnel des produits phytosanitaires ». Depuis 2015, l’ensemble des agents doivent ainsi être certifiés.

Des techniques et produits naturels de substitution


L’offre en matière de produits de protection des plantes s’est amplifiée et diversifiée ces dernières années. En plus des produits de synthèse chimique (comme le glyphosate), il existe de plus en plus de produits « naturels », ou de biocontrôle, qui comprennent : Ces produits sont assujettis à une réglementation spécifique, selon 3 catégories : " ["visuel"]=> string(1) "1" ["date"]=> string(10) "2015-10-15" ["news_annexe"]=> string(1) "2" ["tstamp"]=> string(10) "1490350702" ["crdate"]=> string(10) "1447668137" ["cruser_id"]=> string(1) "3" ["deleted"]=> string(1) "0" ["hidden"]=> string(1) "0" ["starttime"]=> string(1) "0" ["endtime"]=> string(1) "0" ["sorting"]=> string(4) "5120" ["visuelData"]=> array(2) { ["reference"]=> array(34) { ["uid"]=> string(3) "369" ["pid"]=> string(3) "103" ["tstamp"]=> string(10) "1447679438" ["crdate"]=> string(10) "1447679438" ["cruser_id"]=> string(1) "3" ["sorting"]=> string(4) "4352" ["deleted"]=> string(1) "0" ["hidden"]=> string(1) "0" ["t3ver_oid"]=> string(1) "0" ["t3ver_id"]=> string(1) "0" ["t3ver_wsid"]=> string(1) "0" ["t3ver_label"]=> string(0) "" ["t3ver_state"]=> string(1) "0" ["t3ver_stage"]=> string(1) "0" ["t3ver_count"]=> string(1) "0" ["t3ver_tstamp"]=> string(1) "0" ["t3ver_move_id"]=> string(1) "0" ["t3_origuid"]=> string(1) "0" ["sys_language_uid"]=> string(1) "0" ["l10n_parent"]=> string(1) "0" ["l10n_diffsource"]=> string(147) "a:8:{s:5:"title";N;s:11:"alternative";N;s:4:"link";N;s:11:"description";N;s:4:"crop";N;s:9:"uid_local";N;s:6:"hidden";N;s:16:"sys_language_uid";N;}" ["uid_local"]=> string(3) "748" ["uid_foreign"]=> string(2) "22" ["tablenames"]=> string(34) "tx_citevertenews_domain_model_news" ["fieldname"]=> string(6) "visuel" ["sorting_foreign"]=> string(1) "1" ["table_local"]=> string(8) "sys_file" ["title"]=> NULL ["description"]=> NULL ["alternative"]=> NULL ["link"]=> string(0) "" ["downloadname"]=> NULL ["crop"]=> string(0) "" ["autoplay"]=> string(1) "0" } ["original"]=> array(63) { ["uid"]=> string(3) "748" ["pid"]=> string(1) "0" ["missing"]=> string(1) "0" ["type"]=> string(1) "2" ["storage"]=> string(1) "1" ["identifier"]=> string(64) "/CITE_VERTE/ACTUALITES/angers_flore_spontan-20100506_300x183.png" ["identifier_hash"]=> string(40) "81e6092ec0c5b3f6e354973195f86568198933e9" ["extension"]=> string(3) "png" ["mime_type"]=> string(9) "image/png" ["name"]=> string(41) "angers_flore_spontan-20100506_300x183.png" ["sha1"]=> string(40) "9959210526fcbdc62b0bd57ca6066c96dafb5dc6" ["size"]=> string(6) "125795" ["creation_date"]=> string(10) "1443599809" ["modification_date"]=> string(10) "1443599809" ["folder_hash"]=> string(40) "e473077fdfad48bf6d691100684951e5ac74eff8" ["tstamp"]=> string(10) "1443599809" ["crdate"]=> string(10) "1443599809" ["cruser_id"]=> string(1) "3" ["sys_language_uid"]=> string(1) "0" ["l10n_parent"]=> string(1) "0" ["l10n_diffsource"]=> string(0) "" ["t3ver_oid"]=> string(1) "0" ["t3ver_id"]=> string(1) "0" ["t3ver_wsid"]=> string(1) "0" ["t3ver_label"]=> string(0) "" ["t3ver_state"]=> string(1) "0" ["t3ver_stage"]=> string(1) "0" ["t3ver_count"]=> string(1) "0" ["t3ver_tstamp"]=> string(1) "0" ["t3ver_move_id"]=> string(1) "0" ["t3_origuid"]=> string(1) "0" ["file"]=> string(3) "748" ["title"]=> NULL ["width"]=> string(3) "300" ["height"]=> string(3) "183" ["description"]=> NULL ["alternative"]=> NULL ["categories"]=> string(1) "0" ["visible"]=> string(1) "1" ["status"]=> string(0) "" ["keywords"]=> string(0) "" ["caption"]=> string(0) "" ["creator_tool"]=> string(0) "" ["download_name"]=> string(0) "" ["creator"]=> string(0) "" ["publisher"]=> string(0) "" ["source"]=> string(0) "" ["location_country"]=> string(0) "" ["location_region"]=> string(0) "" ["location_city"]=> string(0) "" ["latitude"]=> string(16) "0.00000000000000" ["longitude"]=> string(16) "0.00000000000000" ["ranking"]=> string(1) "0" ["content_creation_date"]=> string(1) "0" ["content_modification_date"]=> string(1) "0" ["note"]=> string(0) "" ["unit"]=> string(0) "" ["duration"]=> string(1) "0" ["color_space"]=> string(0) "" ["pages"]=> string(1) "0" ["language"]=> string(0) "" ["fe_groups"]=> string(0) "" ["copyright"]=> string(0) "" } } ["nomCategorie"]=> string(8) "Enquête" ["pidCategorie"]=> string(2) "68" ["pidDetail"]=> string(2) "71" } [2]=> array(26) { ["uid"]=> string(2) "14" ["pid"]=> string(3) "103" ["categorie"]=> string(1) "2" ["typeactualite"]=> string(1) "0" ["titre"]=> string(66) "« Innover dans la gestion des espaces verts, une nécessité ! »" ["soustitre"]=> string(43) "Christophe Béchu, Sénateur-Maire d'Angers" ["metatitle"]=> string(0) "" ["metadescription"]=> string(0) "" ["embedvideo"]=> string(0) "" ["resume"]=> string(115) "Toutes les collectivités sont engagées pour protéger la santé des habitants et améliorer leur qualité de vie." ["contenu"]=> string(2167) " Toutes les collectivités sont engagées pour protéger la santé des habitants et améliorer leur qualité de vie. Les communes les plus innovantes sont aujourd’hui fortement engagées dans la réduction des pesticides. logo Ecophyto pro Les lois du 6 février 2014 puis sur la transition énergétique fixent une échéance proche pour l’interdiction de leur utilisation dans l’espace public. Pour accompagner les professionnels dans cette perspective, le centre technique Plante & Cité réalise des expérimentations et anime le site ecophyto-pro.fr, accessible à tous. Innover dans la conception et la gestion des espaces verts afin d’accroître l’efficacité des services, c’est aussi valoriser la compétence des agents et des entreprises partenaires. C’est également s’assurer une belle reconnaissance des habitants. Il est un fait que la végétalisation d’une cité est l’un des moteurs du développement économique et un facteur d’attractivité pour nos territoires. À nous de la valoriser au travers de notre action.
Angers et le végétal

Angers et le végétal

Christophe Béchu, Sénateur-Maire d'Angers Comment l'intégration d'espaces verts à Angers contribue au développement économique du territoire.
En savoir +
" ["visuel"]=> string(1) "1" ["date"]=> string(10) "2015-09-15" ["news_annexe"]=> string(1) "0" ["tstamp"]=> string(10) "1492694161" ["crdate"]=> string(10) "1444753230" ["cruser_id"]=> string(1) "3" ["deleted"]=> string(1) "0" ["hidden"]=> string(1) "0" ["starttime"]=> string(1) "0" ["endtime"]=> string(1) "0" ["sorting"]=> string(4) "2816" ["visuelData"]=> array(2) { ["reference"]=> array(34) { ["uid"]=> string(3) "381" ["pid"]=> string(3) "103" ["tstamp"]=> string(10) "1489749466" ["crdate"]=> string(10) "1448283337" ["cruser_id"]=> string(1) "1" ["sorting"]=> string(4) "1280" ["deleted"]=> string(1) "0" ["hidden"]=> string(1) "0" ["t3ver_oid"]=> string(1) "0" ["t3ver_id"]=> string(1) "0"